La genèse d’A3-plus – épisode 1

Là où il y a une volonté, il y a un chemin.

J’ai cherché le mot retraite dans le dictionnaire et sur Google… en vain ! Alors j’ai décidé de continuer !
A 67 ans, il y aura bientôt 54 ans que je travaille, toujours animé par la même détermination et aussi convaincu que la retraite c’est bien… mais pas encore pour moi, pour l’instant !
Très sincèrement et surtout très sérieusement je crois que ce qui m’a toujours aidé dans mon parcours de vie atypique, c’est de n’avoir que très peu usé les bancs de l’école : Je suis d’une génération où à 13 ans, nous étions en âge de « produire ». En d’autres termes, il fallait travailler, ramener de l’argent à la maison pour très vite, ne plus être une charge pour la famille.
Il me plaît donc de dire que j’ai eu une chance extraordinaire, celle d’avoir fréquenté l’école de la rue et l’université de la vie pour avoir fait 36 métiers.
Tantôt, apprenti boulanger,15 jours, marin pêcheur à la langouste en Mauritanie 2 ans , tantôt dans le grand nord durant 3 ans, marin de commerce au long cours 3 années supplémentaires, marin d’état 18 mois, logisticien en Afrique pour une compagnie pétrolière durant 14 ans, détaché au ministère de l’éducation nationale durant 3 ans et puis à mon tour chef d’entreprise dans le transport, la restauration, ou encore l’automobile.
J’ai connu ma part de TOPS mais j’ai aussi vécu des FLOPS. A3-PLUS n’est pas le fruit du hasard et encore moins une démarche opportuniste. Mon projet est né d’une longue réflexion mûrie depuis 1997 alors que le chef d’entreprise que j’étais, traversait une tempête qui allait se révéler être un véritable ouragan.
Isolé dans mon bureau, renfermé sur moi-même, convaincu que personne ne pouvait m’aider, m’assister ou m’accompagner, je me voyais déjà au bord de l’abîme. J’ai espéré que quelqu’un allait pousser la porte de mon bureau pour me dire de mettre mon ego de côté et accepter d’entendre la vérité . Il était évident qu’il y avait des dysfonctionnements dans mon entreprise et qu’ une remise en cause de mon rôle de décideur, organisateur, et gestionnaire devenait inévitable.
Cette idée folle n’a vu le jour qu’en 2010, 13 ans après.
Je dis idée folle car quel chef d’entreprise allait accepter de me payer pour s’entendre dire qu’il n’était pas totalement en mesure de faire fonctionner et fructifier son entreprise ?


Deux attitudes face à mes propositions : refuser d’entendre la vérité ou accepter l’idée d’un nécessaire changement. Acte courageux et intelligent de la part du dirigeant, de se faire accompagner par un expert au regard extérieur et détaché ? Le vécu et la forte expérience d’un homme ayant affronté les mêmes difficultés.
Ceci est le premier article du blog d’A3-plus, il y aura bien d’autres pages à suivre car je suis dans une démarche de partage, mais à présent, je vous donne la parole, posez vos questions, manifestez votre intérêt…….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *